annuler

annuler [ anyle ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1289; lat. ecclés. adnullare, de nullus « nul »
1Dr. Déclarer ou rendre sans effet, frapper de nullité. abroger, casser, dissoudre, infirmer, invalider, réformer, résoudre, révoquer. Son mariage a été annulé. La Cour a annulé le premier jugement. Cour. Supprimer, rendre nul. Annuler un contrat ( résilier) , un rendez-vous décommander . Mon dernier versement annulait ma dette. éteindre. J'ai dû annuler mes engagements. dénoncer, reprendre. Le vol pour Madrid a été annulé.
2 ♦ S'ANNULER v. pron. (récipr.) Produire un résultat nul en s'opposant (comme un positif et un négatif). « les sentiments se superposent quelquefois sans s'annuler » (Maurois). Ces deux forces s'annulent. se neutraliser.
⊗ CONTR. Confirmer, ratifier, valider.

annuler verbe transitif (latin ecclésiastique adnullare, mépriser, de nullus, nul) Rendre, déclarer quelque chose nul, sans effet ; supprimer, résilier, décommander : Annuler une invitation. Contrepasser au débit un article déjà passé au crédit, ou vice versa. ● annuler (difficultés) verbe transitif (latin ecclésiastique adnullare, mépriser, de nullus, nul) Orthographe Avec deux n mais un seul l (ainsi que les dérivés annulabilité, annulable, annulatif, annulation). ● annuler (homonymes) verbe transitif (latin ecclésiastique adnullare, mépriser, de nullus, nul)annuler (synonymes) verbe transitif (latin ecclésiastique adnullare, mépriser, de nullus, nul) Rendre, déclarer quelque chose nul, sans effet ; supprimer, résilier, décommander
Synonymes :
- anéantir
- décommander
- détruire
- résilier
- résoudre
- révoquer
Contraires :

annuler
v.
rI./r v. tr.
d1./d DR Rendre nul (qqch), frapper de nullité. Annuler un verdict, une élection. Ant. valider.
d2./d Cour. Supprimer, rendre de valeur nulle. Annuler une réception, une commande. Ant. confirmer, maintenir.
rII./r v. Pron. (récipr.) Devenir nul, se neutraliser en s'opposant. En physique, des forces égales et opposées s'annulent.

⇒ANNULER, verbe trans.
I.— Emploi trans.
A.— [Le suj. est une pers. ou est en rapport avec une pers.; l'obj. désigne une chose]
1. DR. [L'obj. désigne un acte juridique, une convention...] Rendre ou déclarer nul, sans effet, de manière à rétablir la situation antérieure. Annuler une décision, un testament, un mariage :
1. Un lit de justice fut tenu au Parlement, où le roi annula tous les actes contraires au duc d'Orléans et à ses adhérens, en déclarant que lui et le duc d'Aquitaine les avaient signés par force et par menaces, et que tout ce qui y était renfermé contre les princes était faux et calomnieux. On ne se borna point à réparer ce qui les concernait : le roi cassa, annula, abolit et révoqua aussi les ordonnances de réformation qui renfermaient de justes et salutaires choses, et auxquelles avaient applaudi tous les gens de bien.
BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 3, 1824, p. 377.
2. Monsieur, nous sommes verbalement convenus d'affecter au paiement de la fin de mon œuvre intitulée Séraphîta dont le commencement a paru dans la Revue la somme dont je puis être redevable à la Revue par suite des paiements faits en vertu d'un traité passé entre moi et M. Brindeau, lequel est annulé du consentement de M. Brindeau et de moi.
BALZAC, Correspondance, 1834, p. 587.
SYNT. Annuler des ordonnances, un traité, un visa.
2. P. ext. Supprimer quelque chose, de manière à rétablir la situation antérieure à son apparition :
3. Il y a des hommes-chênes, je ne suis peut-être qu'un arbuste élégant, et j'ai la prétention d'être un cèdre. Voilà mon bilan écrit. Ce désaccord entre mes moyens et mes désirs, ce défaut d'équilibre annulera toujours mes efforts. Il y a beaucoup de ces caractères dans la classe lettrée à cause des disproportions continuelles entre l'intelligence et le caractère, entre le vouloir et le désir.
BALZAC, Les Illusions perdues, 1843, p. 699.
4. Le temps est le maître de la mort qui n'essaie pas de lui résister. Il l'efface, l'annule, l'anéantit, fait qu'elle n'existe plus, qu'elle n'exista jamais.
MAETERLINCK, Le Sablier, 1936, p. 164.
5. ... on conçoit facilement qu'il soit impossible d'estimer et la valeur des capitaux investis dans les entreprises de presse, et le nombre de lecteurs de tous ces journaux, et l'action exercée par eux sur l'opinion. Action d'autant moins mesurable qu'elle est prolongée, modifiée, ou bien annulée par d'autres lectures, des conversations, des prônes ou des discours.
La Civilisation écrite, 1939, p. 3615.
B.— [L'obj. désigne une pers., un groupe de pers.] Rendre nulle, sans effets une partie, une propriété de l'objet, en diminuer l'énergie.
1. [Le suj. est une pers.] Rendre impuissant, sans influence :
6. Il fallait suivre à la piste un homme comme Jaurès ... ne pas laisser passer un seul de ses méfaits sans le signaler au moins et sans faire tout ce que nous pouvions pour essayer de le compenser et de l'annuler, et d'en réparer les effets.
PÉGUY, L'Argent, 1913, p. 1296.
7. Après cette révolution, la fortune de Louis XIV changera. L'Angleterre deviendra notre principale ennemie, l'âme des coalitions qui s'opposeront au développement de la France sur la mer comme sur le continent. On comprend que Louis XIV se soit intéressé à la cause des Stuarts autant que sa mère et Mazarin avaient été indifférents à la mort de Charles Ier. Il ne cherchait qu'à « annuler » l'Angleterre.
BAINVILLE, Histoire de France, t. 1, 1924, p. 237.
Rare. Rendre nul ce qui constitue l'originalité d'une personne :
8. Vous avez cherché un moyen de détruire et d'annuler la jeune fille. Un honnête homme l'eût fait assassiner ou empoisonner. Vous, Mylord, vous avez mieux fait, vous l'avez déshonorée.
HUGO, Marie Tudor, 1833, p. 47.
2. [Le suj. est un inanimé]
Diminuer les capacités physiques ou morales de quelqu'un :
9. Je me souviens que l'abus journalier de la discipline corporelle avait tellement annulé les solitaires de la Thébaïde, que leurs abbés furent enfin obligés de les autoriser à prier assis, ou même couchés, ...
COMTE, Catéchisme positiviste, 1852, p. 282.
10. ... il faut passer de la contemplation qui nous annule à l'action qui nous concentre. La gouttelette de vif-argent ne maintient son intégrité qu'en roulant de côté et d'autre sur le marbre; la perle de rosée ne reste sphérique que sur la feuille gommeuse de la rose ou du chou. Contempler, c'est s'évanouir dans les choses; agir, c'est se reprendre.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 72.
11. Un grand peuple sera une grande caserne, ou une grande usine; de toute façon une grande administration; toutes les idées périront là, comme nous voyons qu'en une association avec statuts l'idée périt aussitôt, et la mécanique annule l'homme.
ALAIN, Propos, 1931, p. 1004.
SYNT. L'amour annule un homme.
II.— Emploi pronom.
A.— Emploi réfl. [Le suj. est une pers. ou se rapporte à une pers.] Se diminuer soi-même, réduire ses propres possibilités d'action :
12. Combien se renferment dans l'horizon de la terre sans rien soupçonner au delà! Comment se peut-il que des intelligences se rétrécissent et s'annulent à plaisir, ne vivent que des petites vanités d'ici-bas et ne respirent que par les sens?
M. DE GUÉRIN, Poésies, Bal, promenade, rêverie à Smyrne, 1839, pp. 48-49.
B.— Emploi réciproque. Se rendre nul par action réciproque, se compenser mutuellement :
13. Lorsque ces différentes forces [les qualités héréditaires, l'éducation, les exemples, l'apprentissage], au lieu de s'annuler les unes les autres, s'ajoutent les unes aux autres, leur convergence enfonce en l'homme une empreinte profonde ...
TAINE, Philosophie de l'art, t. 2, 1865, p. 316.
SYNT. Les découvertes de la Science s'annulent les unes les autres, les erreurs des électeurs s'annulent les unes les autres, les sons se contrarient et s'annulent, les fatalités s'annulent et se neutralisent.
C.— Emploi passif. [Le suj. est un inanimé] Devenir nul, disparaître :
14. Un cadran luit sur une façade; le ciel bleuit derrière un faîte. Des clairons sonnent. Une fusillade qui formait bloc se casse, s'émiette, s'annule.
ROMAINS, Les Copains, 1913, p. 213.
15. ... une fonction continue d'une variable ne peut changer de signe sans s'annuler, ...
N. BOURBAKI, Éléments d'hist. des math., 1960, p. 164.
PRONONC. :[an(n)yle], j'annule [(n)yl]. PASSY 1914, DUB., Pt ROB. et Pt Lar. 1968 transcrivent le mot avec un seul [n]. BARBEAU-RODHE 1930, Harrap's 1963 et WARN. 1968 signalent également la possibilité d'une prononc. avec [n] géminé (cf. aussi FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 317). Enq. :/anyl/, (il) annule. Dér. Annulatif : [an(n)ylatif], fém. [-i:v].
ÉTYMOL. ET HIST. — a) 1re moitié du XIIIe s. anuler « mépriser » (Saint Graal, II, 373, Hucher ds GDF. : Ensi rent li tres haus sires la veue dou cuer a chiaus qui les mortex coses ont anules), attest. isolée; b) 1289 anuller « rendre nul » (1289, ap. Lob., II, 435 ds GDF. Compl.); 1293 annuller « id. »(Vend. av. S. Nicol., S. Jacques, A. Liège, ibid.).
Empr. au lat. chrét. adnullare « mépriser, considérer comme nul » (ITALA, Cod. Mediol. psalm., 68, 34 ds TLL s.v., 785, 51), lui-même calqué sur le gr. - ou - « considérer comme rien, mépriser » (Les Septante ds BAILLY); au sens de « rendre nul » spéc. terme de dr. en lat. médiév. (cf. Capit. reg. Franc., 9, 13 ds Mittellat. W. s.v., 229, 10).
DÉR. Annulatif, ive, adj. Qui annule (cf. annuler I A); arrêt annulatif, sentence annulative (attesté ds la plupart des dict.). Annulatoire, adj. Synon. rare du précédent : ,,Décret cassatoire et annulatoire`` (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 482).
Rem. L'adj. annulant est très rare; l'ex. suiv. est exceptionnel :
16. [L'âne, à l'homme :]
Pour te tirer d'affaire (...)
Il ne faudrait pas (...)
Recevoir du bedeau qui sur vos berceaux veille
Une éducation annulante et pareille
À celle qu'aux matous font les tondeurs du quai ...
HUGO, L'Âne, 1880, p. 364. Annulatif. 1596 (CHEVERNY, Mém., an 1596 ds GDF. Compl. : Le pape a mis au decret et en la bulle de l'absolution une clause annullative de l'absolution donnee par les prelats en France), attest. isolée; repris au XIXe s. (MOZIN-BIBER t. 1 1811).
STAT. — Annuler. Fréq. abs. littér. :343. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 462, b) 488; XXe s. : a) 381, b) 624. Annulant(e). Fréq. abs. littér. :16.
BBG. — ÉD. 1967. — Gramm. t. 1 1789. — KUHN 1931, p. 174. — NOTER-LÉC. 1912. — ROLLAND-COUL. 1969. — WILL. 1831.

annuler [anyle] v. tr.
ÉTYM. 1289; déb. XIIIe, anuler « mépriser, rabaisser »; du lat. ecclés. adnulare, de ad, et nullus « nul », calque du grec eks-oudeneo.
1 Dr. et cour. Déclarer ou rendre nul, sans effet, frapper de nullité. Abolir, anéantir, détruire, supprimer. || Annuler une loi. Abroger, rapporter. || Annuler une élection. Invalider. || Annuler un legs pour vice de forme. || Annuler un mariage pour bigamie, empêchement dirimant. Dissoudre. || La cour d'appel a annulé le jugement du tribunal de première instance. Infirmer, réformer. || La Cour de cassation annule les arrêts ou jugements en dernier ressort. Casser. || La prescription annule cette procédure. Éteindre, périmer. || Annuler une vente pour lésion, vice rédhibitoire. Rescinder, résoudre. || Annuler un don. Rétracter. || Annuler une convention, un contrat. Résilier, résoudre. || Annuler un pacte, un traité; annuler ses engagements. Rompre, déchirer, dédire (se), déjuger (se), dénoncer, désavouer, reprendre, retirer, rétracter. || Annuler un ordre par un contrordre, un mandat par un contre-mandat. Révoquer. || Le paiement annule la dette. Éteindre, disparaître (faire), liquider. || Annuler un acte en le barrant, en le biffant Canceller (vx), effacer, rayer.
1 L'adultère n'annulait pas le sacrement du mariage.
Voltaire, Essai sur les mœurs, 55.
Supprimer. || Annuler une commande, un rendez-vous. Décommander. || Annuler un voyage, un départ en voyage. || Annuler une réservation. || Annuler un vol.
2 Supprimer les effets de (qqch.). || Son erreur a annulé tous ses efforts. || Le temps a annulé toute cette action. Anéantir, annihiler, détruire.
3 Fig. Rendre vain, inutile. || Annuler qqn, qqch., un pays.(Sujet n. de chose). || « La mécanique annule l'homme » (Alain).
2 Ce désaccord entre mes moyens et mes désirs, ce défaut d'équilibre annulera toujours mes efforts.
Balzac, les Illusions perdues, Pl., t. IV, p. 1011.
——————
s'annuler v. pron.
1 (Réfl.). S'anéantir, se rendre nul.
3 Un comédien (…) s'anéantit (…) s'annule avec son héros (…)
Rousseau (→ Anéantir, cit. 14).
4 (…) car les sentiments se superposent quelquefois sans s'annuler et chez les femmes surtout il y a parfois un curieux désir de tout conserver.
A. Maurois, Climats, p. 123.
2 (Récipr.). Produire un résultat nul en s'opposant (comme un positif et un négatif). Annihiler (s'). || Ces deux forces s'annulent. Neutraliser (se).
5 Il balance donc si exactement ses phrases qu'elles s'annulent les unes les autres et qu'en arrivant à la fin d'une de ses périodes on découvre qu'il n'a exactement rien dit de positif.
A. Maurois, À la recherche de Marcel Proust, VIII, 3.
3 (Passif). || La procédure s'annule par elle-même. Périmer (se).
——————
annulé, ée p. p. adj.
|| Décret, texte annulé. || Vente annulée pour lésion. || Décision annulée pour vice de forme.
CONTR. Confirmer, consacrer, conserver, maintenir, ratifier, valider.
DÉR. Annulable, annulatif, annulement. — V. Annulation.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • annuler — ANNULER.v. act. Rendre nul. Le Parlement a annulé ce testament, a annulé toutes ces procédures. Annulé, ée. participe …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • annuler — (a nnu lé) v. a. 1°   Rendre nul. •   L adultère n annulait pas le sacrement du mariage, VOLT. Moeurs, 55. 2°   Annuler quelqu un, lui ôter toute action, toute influence.    S annuler, v. réfl. Devenir nul. SYNONYME    ANNULER, INFIRMER, CASSER,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ANNULER — v. a. Rendre nul. La cour royale a annulé ce testament, a annulé toutes ces procédures. Annuler un contrat, un acte, une lettre de change. Annuler un marché.   ANNULÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ANNULER — v. tr. Rendre nul. La Cour d’appel a annulé ce testament, a annulé toutes ces procédures. Annuler un contrat, un acte, une lettre de change. Annuler un marché, une élection …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • annuler — vt. anulâ (Albanais.001, Villards Thônes). A1) annuler (un marché, un contrat, un mariage) : redéfâre (la pasha) <redéfaire (le marché)> vt. (Saxel) ; kassâ (001). A2) annuler (une publication de mariage) : waryé <anéantir> vt.… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • annuler — noun The person or authority that annuls …   Wiktionary

  • annuler — ● vt. * Effacer des données, les mettre à zéro. * Interrompre une action parce que l on se rend compte qu on est en train de faire une bêtise. * Revenir en arrière, donc en défaisant ce que l on vient de faire. Cette dernière variante peut… …   Dictionnaire d'informatique francophone

  • s'annuler — ● s annuler verbe pronominal Donner un résultat nul, en s opposant ; se neutraliser : Deux forces qui s annulent …   Encyclopédie Universelle

  • annulation — [ anylasjɔ̃ ] n. f. • 1320, repris fin XVIIIe; lat. ecclés. adnulatio ♦ Dr. Décision judiciaire ou administrative déclarant sans effet un acte contrevenant à un commandement ou à une défense de la loi. ⇒ abrogation, 1. cassation, infirmation,… …   Encyclopédie Universelle

  • neutraliser — [ nøtralize ] v. tr. <conjug. : 1> • 1606; v. intr. « rester neutre » 1564; du lat. neutralis ♦ Rendre neutre. 1 ♦ Polit. Assurer à (un État, un territoire, une ville) la qualité de neutre. 2 ♦ (1776) Chim. Neutraliser un acide par une base …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.